4 conseils pour bien préparer un entretien de recrutement

lundi 3 août 2020

Lors de certains entretiens que j’ai eu à faire passer, beaucoup de candidats se sont retrouvé sans voix lorsqu’une question un peu déstabilisante leur avait été posée, lorsque j’ai eu à creuser certains points qu’ils avaient moins préparé que d’autres.

Il est tout à fait normal d’être stressé avant un entretien de recrutement. C’est un réflexe naturel permettant, normalement, de surmonter un danger avec la décharge d’adrénaline qu’il procure. Cependant dans certains cas l’adrénaline ne suffit pas à compenser l’excès de stress et la fâcheuse conséquence est de vous faire passer à côté du poste pour lequel vous avez tant travaillé afin de décrocher un entretien.

Je vais dans cet article vous lister les 4 conseils importants afin de vous permettre, le jour de l’entretien, de vous soustraire de la spirale infernale qui entretien le stress afin de vous permettre de pouvoir vous montrer sous votre meilleur jour au recruteur.

 

1- Préparez le maximum votre entretien en amont

Comme vous le savez déjà, un entretien ça se prépare. Cette préparation vous permettra d’une part de roder votre futur discours auprès du recruteur que vous rencontrerez, afin de ne rien oublier et d’être sûr de transmettre toutes les informations nécessaires au recruteur. Mais dans un second temps, vous préparer vous permettra également de cibler vos faiblesses sur certains points de votre profil, et ainsi réfléchir aux différentes stratégies de réponses que vous pourrez apporter en cas de questions portant sur ces sujets.

Cette préparation doit se faire le plus tôt possible après que vous aillez pris connaissance de la date de l’entretien. En travaillant sur cette préparation suffisamment en amont du rendez-vous, vous pourrez ainsi, la veille de l’entretien, vous vider la tête sur tout autre sujet de votre choix. En effet, je conseille souvent aux personnes que j’accompagne de se laisser du temps pour souffler un peu juste avant l’entretien, afin de réduire le stress. Vous réfléchirez donc moins au temps qui vous sépare de l’instant où vous rencontrerez le recruteur.

Pour vous éviter tout stress supplémentaire inutile, je ne saurais trop vous conseiller une nouvelle fois de bien planifier votre parcours pour vous rendre au lieu de rendez-vous. Ainsi vous vous assurerez de ne pas avoir à courir pour trouver l’entreprise. Faites également en sorte d’avoir les coordonnées du recruteur, ou à défaut celles du standard, afin de prévenir d’un éventuel retard : personne ne vous tiendra rigueur des quelques minutes de retard, sous réserve bien entendu de prévenir de ce retard et de vous en excuser.

 

2- Désacralisez l’entretien

Le stress avant un entretien vient également du fait qu’il est souvent perçu par les candidats comme un évènement de vie sur lequel tout peut se jouer. Tout comme pour d’autres examens, peu commun mais important dans la vie (permis de conduire, baccalauréat…), notre inconscient nous dit que celles-ci peuvent s’en trouver radicalement changées en fonction du résultat obtenu.

J’ai le plaisir de vous dire que l’entretien d’embauche ne fait pas partie de ces instants de vie. En effet, quand dans certains cas la réponse attendue ne sera fait que par une tierce personne sur laquelle on ne peut avoir aucune influence (correcteur d’examen, jury…), cette fois vous aurez votre mot à dire et vous pourrez modifier le cours des évènements ! L’entretien d’embauche n’est pas un examen, vous devez bien vous rappeler qu’il permet simplement de vérifier l’adéquation entre un profil et un poste donné, dans le cadre d’une future collaboration. Un refus lors d’un entretien peut aussi signifier que ce poste ne vous était pas adapté, et vous permettra de trouver le prochain sur lequel vous serez recruté et où vous vous épanouirez.

L’entretien vous permet également de valider que le poste en question peut vous correspondre. Ainsi c’est peut-être vous qui déclinerez la proposition de poste qui pourra vous être faite ! Dans ce type de situation, vous n’êtes plus simplement spectateur dans le processus de décision, mais bien acteur, vous avez donc votre mot à dire et il faut avouer que ça fait du bien 😉.

Avant d’être recruteur, j’avais également tendance à beaucoup stresser par rapport à la vision que j’avais des entretiens. Une super technique qui a marché dans mon cas, c’était de me dire que j’avais déjà une proposition de poste ailleurs qui m’attendait. Un jour je me suis rendu à un entretien avec la plus grande des confiances (confiance j’ai dit, pas prétention). J’ai réussi à me sortir de la spirale du stress qui me faisait perdre mes moyens dans tous les entretiens que je passais. J’ai ainsi pu me montrer sous mon vrai jour, et vous savez quoi ? J’ai été embauché, comme recruteur.

 

3- Que faire pendant les 5 – 10 minutes à attendre le recruteur ?

Tout le monde les a vécus, ces 5-10 minutes, voire plus, à attendre que le recruteur vienne vous saluer pour ensuite débuter l’entretien. Ce laps de temps très court sur une montre mais très long à vivre…

À ce moment le stress gagne un grand nombre de candidats, même les plus sereins, car on ne sait comment occuper ce temps pour éviter de penser à l’échange qui va avoir lieu. Ainsi je vous conseille de pratiquer quelque chose qui marche très bien dans ce genre de situation : la « focalisation et la respiration ».

Il s’agit tout d’abord de vous focaliser et visualiser un lieu agréable que vous connaîtriez. De vous imaginer vous y poser loin de tout tumulte. Cette méthode inspirée par le psychologue Émile Coué (1857 – 1926), vous permettra de générer des émotions différentes et nouvelles qui vous aideront à gérer l’appréhension et le stress. Le principe de la respiration yoga complétera cette démarche antistress : le fait de s’asseoir, de caler son dos, de respirer par le ventre et de détendre les épaules fait diminuer l’appréhension. C’est une technique très simple mais qui fait ses preuves à chaque fois.

4- Pendant l’entretien, n’ayez pas peur des silences

Le stress peut également venir pendant l’échange avec le recruteur : une expression de son visage que vous n’arrivez pas à décrypter, un silence s’installant suite à une phrase que vous venez de dire ou à une réponse que vous n’arrivez pas à formuler ? Bien que le silence puisse vous paraître pesant, il est nécessaire dans toute conversation : il permet aux deux interlocuteurs de réfléchir sur la suite de la conversation. Si vous ne trouvez pas vos mots ou que la réponse vous demande un effort de réflexion important, n’hésitez donc pas à prendre le temps qui vous est nécessaire avant de répondre, plutôt que d’essayer de répondre trop vite et vous emmêler dans la structuration de votre discours.

Pour conclure, je rappelle souvent aux personnes que j’accompagne dans la recherche d’emploi que le stress est quelque chose de très personnel. Chacun réagit de manière très différente face à des situations dans lesquels on se sent mal à l’aise. C’est donc à vous, avec ces quelques conseils, de trouver les techniques qui marchent le plus afin de vous montrer sous votre meilleur jour auprès des recruteurs pour vos prochains entretiens.

4 conseils pour bien préparer un entretien de recrutement

Makhmoud Camara

lundi 3 août 2020

Conseils qui pourraient vous intéressez
Négocier son salaire: 5 astuces !

Négocier son salaire: 5 astuces !

4 conseils pour bien préparer un entretien de recrutement

4 conseils pour bien préparer un entretien de recrutement